une gourmandise – muriel barbery

Ce livre m’a attirée car j’ai travaillé dans la restauration, et le milieu des critiques gastronomiques m’a toujours intriguée 😉 Sauf qu’on en parle presque pas dans le livre. Il y est surtout question des saveurs et des émotions que l’on ressent lorsqu’on déguste tel ou tel plat. Il y a beaucoup de personnages qui interviennent dans l’histoire, et comme tout le récit est à la première personne j’avoue que parfois j’ai eu du mal à suivre 😦 Quand on y pense ce n’est pas évident de décrire un plat, des odeurs, des saveurs, mais ici je me suis assez bien représenté les différents plats. Et la saveur que le critique recherche est dévoilée à la toute fin du livre, j’ai été vraiment surprise. Et en même temps je me suis posée la même question que lui, si je devais manger une dernière chose, ce serait quoi ? bah j’ai pas trouvé 😉 index

C’est un vieil homme qui s’éteint, péniblement alité. Pas n’importe quel homme, mais le plus grand critique gastronomique du monde, qui est parvenu à hausser un art mineur au rang des plus prestigieux, a fait et défait des réputations. Après quelques décennies de boustifailles, d’agapes, « des flots de vin, d’alcools en tout genre, après une vie dans le beurre, la crème, la sauce, la friture, l’excès à toute heure », le vieil homme tire sa révérence, rend son tablier, sa plume. Ce n’est rien, sinon qu’in extremis « une seule chose importe » : le souvenir d’une saveur, « vérité première et ultime de toute une vie ». Quelque chose qui lui échappe. Quelque chose d’originel et de merveilleux. Une saveur oubliée, nichée au fond de la mémoire. Il cherche et il ne trouve pas. La quête de cette saveur, qui pourrait bien être une gourmandise, tout au bout de la vie, est l’occasion de retracer pour le vieil homme l’itinéraire d’une existence vouée à la gastronomie.

en 2017 je compte mes pages : +  165= 1204p

défi lectures 2017 :33

lire des livres 2017 : + 1=5

Publicités

4 réflexions sur “une gourmandise – muriel barbery

  1. je viens de regarder sur babelio des extraits, je ne crois pas que j’aurais la patience de le lire. le hérisson, je l’avais lu en partant de la fin! je me souviens de cette lecture pas ordinaire, dans l’autre sens je n’avais pas réussi à entrer dans le livre. alors cette dernière gourmandise, elle remonte au lait maternel? 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s